Animal Defenders International

 

Animal Defenders International

Réponse à la déclaration du Comité Scientifique de l’Union Européenne concernant l’utilisation de

Posted: 23 July 2007

primates non-humains (PNH) aux fins de la recherche biomédicale

Document d’information destiné aux membres du Parlement Européen

Le Comité Scientifique (CS) de l’Union Européenne a produit un rapport scientifique en 2002 sur l’utilisation de primates non-humains (PNH) aux fins de la recherche biomédicale. Ce document réunit une série de déclarations sur la recherche scientifique sur les PNH, et a étayé le processus décisionnaire de l’Union Européenne sur le sujet.

Le présent document, fruit de la collaboration entre Animal Defenders International (ADI), la National Anti-Vivisection Society (NAVS) et le Lord Dowding Fund for Humane Research (LDF), répond à chacune des déclarations du CS. Nous discutons de l’avis scientifique exprimé sur les questions soulevées et de la base scientifique soutenant l’adoption d’alternatives non-animales pour la recherche biomédicale.

Les déclarations du CS sont reproduites ci-dessus en bleu, et sont suivies de la réponse de ADI/NAVS/LDF.

1. Section ‘Déclarations’ du Comité Scientifique

  • Réponse ADI – justification; différences entre les espèces; limitations de la recherche animale en laboratoire:
  • Réponse ADI – alternatives:
  • Réponse ADI – doublons, recherche redondante:
  • Réponse ADI – hébergement de l’animal en laboratoire, transport, éthique, commerce des primates:
  • 2. Position du Comité Scientifique

    3. Les cinq exemples de pathologies preoccupants pour le Comité Scientifique

  • (a) SIDA
  • (b) malaria
  • (c) tuberculose
  • (d) hépatite
  • (e) maladies immunitaires (arthrite, sclérose en plaque, diabète de type 1, etc).
  • CS : problèmes rencontrés lors de la mise au point de nouveaux vaccins ou traitements

    1) Relation hôte-virus/parasite:
    2) Spécificité des médicaments/agents biochimiques de nouvelle generation
    3) Non consanguinité et nécessité de tenir compte de la résistance génétique et de la susceptibilité

    TSE (encélopathie spongiforme, également dénommée ‘tremblante’, ESB, MCJ)

    Bibliographie :

    © Animal Defenders International 2019